Introduction à la méthode « TIRER » (PULL)

La manière plus plus simple de concevoir des greffons est la méthode pousser (« push »). La méthode « pousser » est intuitive. Une source pousse des données dans le greffon, le greffon effectue des opérations mathématiques sur ces données et le greffon les pousse vers leur destination. Pendant 6 ans, ça a été la manière dont les greffons étaient gérés de manière interne mais ceci ne vous permettait pas de réduire le débit des données en temps réel. Bien que les greffons continuent à être écrits comme s'ils poussaient les données, ce n'est plus de cette manière que le traitement interne est fait aujourd'hui.

La dernière évolution dans la conception des greffons de Cinelerra est la méthode tirer (« pull »). Le pipeline de rendu commence par la fin et les dernières étapes dans le pipeline de rendu demandent des informations aux étapes qui les précèdent. Lorsque le pipeline demande ensuite des données à une chaîne de greffons, chaque greffon va demander des données au greffon qui le précède.

C'est moins intuitif que la méthode pousser mais c'est plus puissant. Les greffons temps réel écrits pour utiliser la méthode tirer peuvent modifier le débit auquel les données sont présentées à la visionneuse comme le sens de la reproduction. La méthode tirer permet aux greffons de prendre les données à un débit supérieur à celui auquel ils les envoient.

Pour tirer toute la puissance de l'indépendance du débit, il est nécessaire, dans la méthode tirer, que le greffon connaisse plus de choses concernant les données que ce qui est nécessaire avec la méthode pousser. Les greffons doivent connaître le débit du projet et à quel débit se fait leur demande de sortie. Ces deux débits de données doivent être interchangés pour permettre la configuration correcte d'un greffon.

Les images-clés d'un greffon sont enregistrées relativement à la fréquence d'images du projet. Les requêtes de position actuelle de la lecture sont relatives à la fréquence des images du projet. Il est inutile que le greffon demande des données à deux fois la fréquence d'images du projet parce que les images-clés ne correspondront pas aux bonnes positions des données. Deux classes de données ont été créées pour répondre à ce problème.

Les conversions de débit sont faites en termes de débit de projet et de débit demandé. Le débit du projet est identique pour tous les greffons. Il est déterminé dans la fenêtre Configuration → Format…. Le débit demandé est déterminé par le greffon plus bas dans le flux qui demande des données du greffon en cours. Il est arbitraire. Vous trouverez plus loin une explication exacte sur la manière d'utiliser ces débits.